Des polymères à la queue-leu-leu

Un gel physique peut être implanté par injection : solide dans la seringue, il s'écoule à travers l'aiguille avant de redevenir solide dans l’organisme. Pour cela, les têtes des chaînes de polymère s'associent aux corps formant des files processionnaires à la manière des chenilles du même nom.

Les hydrogels polymériques sont utilisés dans le domaine biomédical comme matrices résorbables pour la régénérescence tissulaire. Pour être utilisé in vivo, un gel solide doit être implanté lors d’une intervention chirurgicale. Plus pratique, un gel physique peut être implanté par simple injection, grâce à son comportement de fluide à seuil. Solide dans la seringue, le gel s'écoule à travers l'aiguille avant de redevenir solide une fois intégré à l’organisme.

Dans ce cadre, il est important de pouvoir contrôler des propriétés mécaniques du gel, en particulier son seuil d’écoulement. Les physiciens de l'Institut Lumière Matière ont développé de tels gels physique à base de courtes chaînes de polymère dont la tête a une charge opposée à celle répétée le long du corps.
Publié le 4 juin 2017