Faits marquants


Des petits agrégats d'or qui respirent

La respiration d'une sphère chauffée a été observé et caractérisé pour la première fois sur des petits agrégats composés d'un noyau d'or avec un faible nombre d'atomes recouverts d'une couche de molécules organiques.

Si on chauffe très rapidement une petite sphère métallique, elle commence alors à "respirer" : elle se dilate d'abord et se contracte ensuite de manière périodique et régulière. Ce phénomène mécanique est étudié depuis longtemps sur des objets macroscopiques et microscopiques d'un diamètre décroissant jusqu'à quelques nanomètres.

Il vient d'être observé et caractérisé sur des systèmes encore plus petits, à savoir des petits agrégats composés d'un noyau d'or avec un très faible nombre d'atomes, entre 10 et 100 atomes, recouverts d'une couche de molécules organiques, comme par exemple le phenyléthanethiol, SCH2CH2Ph.

Pour ces études, des lasers pulsés à impulsions femtoseconde ont été utilisés. Cette étude, à la fois expérimentale et théorique, a montré que, pour des agrégats métalliques si petits, la fine couche de molécules organiques influence fortement la fréquence de respiration.

En savoir plus
Publié le 18 février 2019